Les culottes menstruelles : critères de choix et crash test d'efficacité

culottes-menstruelles

Depuis quelques mois, les culottes menstruelles investissent nos écrans et nos vies, et elles arrivent même maintenant dans nos supermarchés. 

Mais alors, quels sont leurs avantages et comment bien les choisir ? 

Le point Green vous dévoile tout et vous a même concocté un crash test ! 

blog zero dechet

Pourquoi passer aux culottes menstruelles ?

Lorsqu’on s’intéresse aux culottes menstruelles, on est souvent freinées par le prix. 30 à 40 euros pour une culotte ? Mais les avantages des culottes menstruelles sont très nombreux ; à commencer par… le prix, justement ! 

❧ Le prix : une culotte menstruelle est un bon investissement !

Une culotte menstruelle est un investissement durable dans le temps et elle remplit plusieurs fonctions : c’est à la fois une culotte, et une protection hygiénique. Ainsi, elle vous économise, non seulement l’achat de quelques culottes, mais surtout les sommes astronomiques de l’achat de protections hygiéniques.  

Les serviettes hygiéniques coûtent en moyenne 10 à 20 centimes l’unité, et jusqu’à 60 centimes l’unité en coton BIO. 

Pour les tampons, c’est une moyenne de 14 centimes l’unité, et jusqu’à 40 centimes en coton BIO. 

Soyez donc assurée que votre culotte menstruelle sera amortie en moins de 6 mois ! 

❧ L’impact écologique : finies les protections hygiéniques jetables !

Les protections hygiéniques apparaissent dans les chiffres de la catégorie des “déchets de textiles sanitaires” (couches, tampons, serviettes, mouchoirs, essuies-tout, etc…) qui représentent 8% de nos déchets ménagers, soit environ 32 kgs de déchets par an et par habitant (source : ADEME). Selon cet article d’étude, une femme jetterait en moyenne dans sa vie entre 100 et 150 kgs de serviettes hygiéniques et tampons… A cela s’ajoutent bien sûr les déchets et la pollution engendrés par les emballages, les adhésifs chimiques et les applicateurs de tampons en carton, ou bien souvent en plastique. 

De plus, la culture du coton est parmi les plus énergivores et polluantes, en raison des forts besoin en eau, du transport, et des produits chimiques utilisés, détruisant les écosystèmes. Produire du coton jetable est donc un acte fortement climaticide ! 

Les culottes menstruelles vous amènent au zéro déchet de textiles sanitaires et ont la même durée de vie que vos culottes en coton classique, à savoir : infinie si vous la chouchoutez, et sinon de 5 à 7 ans en moyenne. 

❧ La santé dans vos culottes : finis les perturbateurs endocriniens !

Les protections hygiéniques sont en contact permanent avec nos muqueuses vaginale ou utérine. Ces muqueuses sont par définition très vascularisées, constituées de cellules épithéliales et jouent un rôle important de transmission à nos organes. Ainsi, elles captent et absorbent les bonnes molécules, mais aussi les mauvaises !  

Les protections hygiéniques jetables contiennent énormément de substances toxiques comme des pesticides (glyphosate, phtalates), des gels polymères super absorbants, des agents blanchissants comme le chlore, des perturbateurs endocriniens comme l’aluminium, des nanoparticules d’argent, et même des additifs de parfum (selon l’ANSES).

La composition exacte des protections hygiéniques jetables n’est pas totalement connue et la réglementation n’exige pas la transparence. On parle même d’une substance hautement toxique et cancérigène créée par l’interaction entre le chlore et la viscose : la dioxine.

C’est donc un cocktail très nocif que l’on transmet directement à notre organisme. 

❧ Le confort et la liberté pendant les règles !

C’est fini les serviettes qui glissent et les fuites ! 

En effet, les culottes menstruelles possèdent une voire deux membranes absorbantes renforcées d’une membrane totalement imperméable. Elles sont cousues directement à l’intérieur de la culotte et garantissent jusqu’à 12 heures de protection en fonction des flux. Outre une barrière aux fuites, c’est aussi une barrière pour les éventuelles odeurs. C’est une réelle liberté que de se sentir sereine face à nos règles !  

Aussi confortables qu’une culotte en coton, elles sont comme une seconde peau et les marques proposent différents designs : culotte, shorty, tanga, ou même string. 

Pour un confort optimal, il est important de bien choisir sa taille : en général de XS (34-36) jusque XL (44-46). 

Vous l’aurez compris, les culottes menstruelles sont un indispensable du zéro déchet, du porte-monnaie, de la santé et du bien-être ! De plus, elles vous permettent de gagner en indépendance car on n’achète plus de consommables ! (Ce qui est appréciable, notamment en période de pandémie #covid19).

blog zero dechet

Comment choisir la meilleure culotte menstruelle ?

Durant nos longues recherches de fournisseurs, nous avons rencontré et échangé avec beaucoup de marques. Toutes ne se valent pas et ont des positionnements très différents ; il est donc important de bien les cerner et de choisir votre culotte en fonction de vos attentes et de vos valeurs. Nous avons identifié 5 critères principaux. 

❧ L'éthique

L’éthique d’une marque se manifeste par ses choix en termes de lieu de production, de matériaux, ou encore de main d’oeuvre. Ainsi, certaines marques sous-traitent la fabrication dans des ateliers français, d’autres en Europe (principalement au Portugal), au Maroc, en Tunisie ou beaucoup plus loin : en Chine… 

Au niveau des matériaux utilisés, on retrouve majoritairement :

Pour les couches extérieure et intérieure : le coton (biologique ou non), la viscose, le nylon. Ils peuvent être utilisés seuls ou couplés à de la polyamide et du polyester. 

Pour le tissu absorbant : majoritairement la viscose de bambou ou le Tencel (fibre à partir de pulpe de bois d’eucalyptus). Ils peuvent être utilisés seuls ou couplés à du polyester. 

Pour le tissu imperméable : il est en général toujours le même et inévitable : le PUL (polyester enduit de polyuréthane). 

Dans leurs choix éthiques, certaines marques travaillent aussi avec des fabricants ESAT (Etablissement et Service d’Aide par le Travail), et reversent une partie de leur bénéfices à des associations caritatives, notamment féministes. 

❧ Le confort

Les matériaux utilisés participent grandement au confort car la capacité d’absorption de la couche absorbante neutralisera l’humidité dans la culotte, induisant ainsi une sensation de propreté. Mais le confort est aussi dû à la forme et aux coutures de la culotte. Ainsi, certaines culottes pourront serrer plus que d’autres. Il vous appartient d’essayer ou non les modèles, et de choisir la taille qui vous correspond.

 

❧ L'efficacité

En fonction des matériaux absorbants et imperméables utilisés et du nombre de couches, les culottes n’ont pas toutes la même efficacité. Il faut donc veiller au taux d’absorption. Certains tissus ont également des propriétés drainantes pour orienter le flux et sécher plus rapidement. 

Nous avons effectué pour vous un crash test d’efficacité sur nos culottes ! Voyez donc ici par vous même et en photo les capacités d’absorption et l’imperméabilité redoutable de ces bijoux textiles ! 

Crash test culotte menstruelle

❧ L'efficacité

La culotte reste un sous-vêtement esthétique, et donc une opportunité d’affirmer sa féminité au gré de ses envies. 

On l’évoquait plus haut, différentes formes existent : la culotte, le shorty, le tanga, le string. 

Certaines marques fabriquent des culottes taille haute très jolies, qui vous donneront un look vintage tout en affinant votre silhouette. 

Dentelle, liseré, broderies, modèles sans couture, modèles colorés ou classiques… il y en a pour tous les goûts ! 

Pour que vos culottes restent jolies, il faut les bichonner ! N’hésitez pas à découvrir nos conseils d’entretien plus bas.   

❧ Le prix

La gamme de prix des culottes varie entre 20 euros (pour les culottes cracra made in China des supermarchés) et 50 euros. La moyenne se situe à 30 euros. Il est important de comprendre tous les critères mentionnés ci-dessous pour analyser les offres. En effet, une culotte menstruelle est un produit technique et durable, son prix est donc justifiable. Attention toutefois à ne pas tomber dans les offres « Greenwashing » de certaines marques qui produisent des modèles standardisés, sans éthique, en Chine et avec des matériaux douteux.  

blog zero dechet

Nos conseils pour passer aux culottes menstruelles :

Réappropriez-vous vos règles et apprenez que ce n’est pas sale ! N’oubliez pas que vous devrez laver vos culottes quotidiennement et il faudra vous familiariser avec cela. 

Voici les culottes en coton BIO certifié GOTS, Tencel (fibre à partir de pulpe de bois), bambou et fibres recyclées, made in Rhône-Alpes que nous avons sélectionnées pour vous. Absolument tous les tissus sont labellisés OEKO-TEX (garantis sans substances toxiques). 3 modèles pour une féminité de tous les goûts :

Pour une sérénité tout au long des règles, 3 culottes suffisent afin de tourner entre les lavages à la main. Nous utilisons 1 culotte par jour et par tranche de 24 heures : avec la cup menstruelle en complément, uniquement en journée et lors de flux abondants. 

Entretien : D’abord faire tremper directement dans l’eau tiède et frotter avec du savon de Marseille. Laver à la main ou en machine à 30 degrés maximum avec une lessive naturelle (30 degrés suffisent amplement, et en cycle long moins énergivore). Ne pas utiliser d’assouplissant car ils sont bourrés de produits chimiques qui détruisent la nature et à terme le tissu de la culotte. Séchage à l’air libre. 

PS : Pour les plus flemmardes, il est possible de laver sa culotte directement quand on prend sa douche 😉 .

Découvrez une autre façon de réduire ses déchets avec le compost.

Partager cet article

Laisser un commentaire